En_ligneLES INOUBLIÉS DU PRINTEMPS

Créations littéraires numériques

Du vendredi 18 septembre à 18 h
au dimanche 27 septembre à minuit

Disponibles en ligne à travers tout le Canada
Abonnement pour toute la série 25 $ (tarif unique) – taxes et frais de service inclus

D’excellents romans et récits ont paru au début de la pandémie. On le sait, quelques semaines plus tard, le Québec était plongé dans le confinement, ce qui a provoqué l’annulation de festivals littéraires, de salons du livres et la fermeture des librairies… Du coup, ces livres n’ont pas eu le droit à une grande part de la promotion et de la visibilité qu’ils méritaient.

Au cours de cette édition « sous contrainte », le FIL vous propose en ligne de véritables créations vidéo à partir de quatre de ces romans et/ou récits parus fin février ou début mars. C’est notre façon de dire que, pour nous, ces livres sont les inoubliés du printemps !

Par ailleurs, mentionnons que les quatre autrices – Véronique Marcotte, Hélène Dorion, Lori Saint-Martin et Sophie Létourneau – seront les invitées de Claudia Larochelle le vendredi 18 septembre à 17 h, dans le cadre du Salon de Claudia, une série de rencontres littéraires également diffusées en ligne.

• • •

Captation et réalisation Benoit Guérin

Scénographie Pierre-Luc Boudreau

• • •

Production FIL 2020

PAS MÊME LE BRUIT D’UN FLEUVE

Helene-Dorion---Photos-video

Autrice et lectrice Hélène Dorion / Images  Pierre-Luc Racine

Date de parution : Le 8 mars 2020 aux Éditions Alto

ALTO-Dorion-C1-648x1024Quand Hanna découvre, parmi les effets de sa mère récemment décédée, des carnets, photographies et coupures de journaux, elle décide de descendre le cours du fleuve jusqu’à Kamouraska pour tenter de trouver le fil qui rattachera son histoire à celle de Simone, cette femme silencieuse, absente de sa propre vie. Remontant le siècle, le long du Saint-Laurent, de Montréal à Pointe-au-Père, suivant des marées parfois cruelles, Hanna retrouvera la trace du premier amour de sa mère et retournera jusqu’en 1914, au moment du naufrage de l’Empress of Ireland. Elle apprendra qu’une catastrophe forme le tronc de tragédies intimes qui traversent les générations et que les survivants sont parfois les vrais naufragés. Sur cette route qui la conduit vers elle-même, elle pourra compter sur la force de l’art et de l’amitié pour éclairer sa quête.

• • •

La réputation d’Hélène Dorion n’est plus à faire. Depuis la parution de son premier livre en 1983 jusqu’à l’obtention du prestigieux prix Athanase-David pour l’ensemble de son œuvre en 2019, l’auteure, née à Québec, a fait paraître plus de trente ouvrages. Poésie, romans, récits, essais, albums jeunesse, ses livres sont publiés dans une quinzaine de pays et lui ont valu plusieurs distinctions, dont le Prix littéraire du Gouverneur général, le prix Anne-Hébert, le prix Senghor et le prix Mallarmé. En plus de trente-cinq ans, Hélène Dorion a construit une œuvre qui sonde l’intime de l’être et invite à méditer sur la splendeur du monde.

CHASSE À L’HOMME

01A621A9-B25E-41D7-A5F1-C6E611823CF0

Autrice Sophie Létourneau / Lectrice Émilie Bibeau

Date de parution : Le 5 mars 2020 à La Peuplade

Chasse-a-l'hommeIl y a toujours eu cette idée qu’avec le prochain amoureux viendrait le prochain livre. En 2008, Sophie Létourneau consulte une cartomancienne qui lui prédit que, grâce à un livre, elle rencontrera l’homme de sa vie. Mais avant cela, il lui faudra déménager à Paris, s’amouracher d’un petit Français et se rendre en Asie. Sous la forme d’un collier de fragments, Chasse à l’homme présente l’histoire vraie des coïncidences fastes qui ont ponctué cette quête. Célébration du pouvoir des mots et déclaration d’amour à la littérature, enquête sur une histoire à suivre, ce livre embrasse les filles, leur désir d’être aimées et celui de devenir, à défaut d’un grand homme, une écrivaine. Héritière de Sophie Calle et de Roland Barthes, Sophie Létourneau élabore ici un astucieux récit performance.

• • •

Après des études à Montréal, Sophie Létourneau a habité successivement à Paris, Madrid et Tokyo. Elle vit aujourd’hui à Québec où elle enseigne la littérature à l’Université de Laval depuis 2012.  Depuis son premier livre (Polaroïds, Québec Amérique, 2006) et sa thèse (« La mélancolie même de la photographie : Roland Barthes », Université de Montréal, 2009), elle s’intéresse aux écritures du réel dans les littératures française et québécoise. Romancière et nouvelliste, elle est notamment l’autrice de Chanson française, paru au Quartanier en 2013, et tient également chronique dans le magazine Lettres québécoises.

LA GÉOGRAPHIE DU BONHEUR

Autrice Véronique Marcotte / Lectrice Pascale Montpetit

Date de parution :  Le 25 février 2020 aux éditions Québec Amérique

La Geographie du bonheurAprès avoir assisté sa femme dans son suicide, Jaco découvre que celle-ci a longtemps mené une double vie : il y a quatorze ans en Haïti, Marine a mis au monde Clara. Avec une vieille amie bienfaitrice, Jaco quitte Montréal pour se rendre sur place afin de découvrir la vérité sur sa femme et pour remettre à Clara l’héritage qui lui est dû. Mais à son arrivée, la jeune fille a disparu. Au contact de l’entourage de Clara, Jaco en apprendra davantage sur l’adolescente. Il fera aussi la connaissance d’une écrivaine québécoise en résidence d’écriture en Haïti, madame V., qui a pris Clara en affection et décidé d’écrire son histoire. Cette histoire à la fois tragique et lumineuse, profondément humaine, constitue la trame de La géographie du bonheur. Un roman d’une grande maîtrise littéraire qui va droit au cœur.

• • •

Véronique Marcotte mène la double vie d’écrivaine et de metteure en scène depuis 1999. Elle a publié cinq romans en plus de participer à deux recueils de nouvelles et de signer plusieurs textes en revues et magazines. Son roman Tout m’accuse a été mis en nomination au Prix des libraires du Québec. En plus d’assumer la direction artistique de plusieurs événements d’envergure tels que la Fête du Canada, elle travaille avec les jeunes de la rue. Dans les dernières années, Véronique a obtenu deux résidences de création : Passa Porta en Belgique et, tout dernièrement, la Maison Georges-Anglade, au PEN Haïti, à Port-au-Prince, et c’est là qu’elle a écrit son roman La géographie du bonheur.

POUR QUI JE ME PRENDS

Autrice Lori Saint-Martin / Lectrice Catherine de Léan

Date de parution : Le  25 février 2020 aux Éditions du Boréal

pour_qui_je_me_prends_2_wQui n’a pas songé un jour à changer d’identité, à se réinventer complètement ? Pour Lori Saint-Martin, ce désir de réinvention s’est imposé telle une brûlante nécessité. Dans ce récit à la fois lumineux et cruel, elle nous dit comment elle a rejeté le milieu, la culture et la langue qui l’ont vue naître pour devenir autre. Cette métamorphose trouve sa force dans un événement qui a tout d’une révélation : la découverte de la langue française. Pour qui je me prends est un hommage aux langues, à la manière dont elles nous font, nous construisent, mais c’est surtout l’extraordinaire aventure d’une adolescente, d’une femme qui, telle une nouvelle Alice, ose traverser le miroir pour revenir enfin changée en elle-même.

• • •

Lori Saint-Martin est nouvelliste, romancière et essayiste.  En collaboration avec Paul Gagné, elle a traduit plus de 110 romans et essais de l’anglais au français qui leur ont valu de nombreux prix. Professeure en études littéraires à l’UQAM, elle est une spécialiste des études féministes en littérature (surtout québécoise, mais aussi française, américaine et canadienne-anglaise). Elle est aussi membre et coordonnatrice de la recherche à l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM.
Libraires