LA FÊTE À PATRICE DESBIENS

Hommage au poète de l’Amérique française

Lundi 26 septembre – 20 h (ouverture des portes à 19 h)

transparentnetb1000X1000
25 $ / 23 $ (65 ans et plus) / 20 $ (30 ans et moins) – taxes et frais inclus
• • •
Achat en personne et par téléphone à La Vitrine
Achat en ligne sur lepointdevente.com et lavitrine.com
Billets également disponibles au Lion d’Or une heure avant le spectacle

Achat de billet

« L’amour, c’est comme
l’électricité. On allume
le poêle sans penser au prix. »
– Patrice Desbiens

Patrice-Desbiens_am_065Rien n’est plus simple que de faire une fête pour Patrice Desbiens. On a l’embarras du choix pour les invités, entre les complices de longue date, qu’ils soient de Montréal, de Sudbury ou même d’Acadie, et les poètes de la relève qui se considèrent comme ses héritiers. Ce soir-là, ils seront nombreux tant sur la scène que dans la salle du Lion d’Or à venir saluer celui que Michel Faubert qualifie de « conteur de poésies, griot de toutes nos Amériques et grand mélomane ».

Né à Timmins en Ontario, il a beau vivre depuis très longtemps à Montréal, et ce, après quelques années passées à Québec, il continue d’être associé à la ville de Sudbury où il a vécu de 1979 à 1988. Ce qui n’est pas vraiment étonnant puisque, comme il l’avoue lui-même, c’est là que « tout a commencé ». Cette période sudburoise, comme le raconte son ami le regretté Robert Dickson, a été «celle de la création intense, de la publication de cinq livres de poèmes et de prose, ainsi que la production d’une audiocassette où l’auteur lit ses poèmes et s’accompagne… lui-même de plusieurs instruments de musique*».

On doit à Patrice Desbiens une poésie du quotidien à la syntaxe éclatée et rythmée qui connaît, dès ses premières parutions, à la fois le succès critique et le succès populaire. On l’a comparé à Bukowski et à Gainsbourg, ce qui ne lui plaît pas vraiment. Il est davantage proche d’un Jack Kerouac qu’il a d’ailleurs nommé dans plusieurs de ses poèmes. Héritier de la Beat Generation, homme invisible aux deux langues ou encore voix majeure de la littérature franco-ontarienne, Patrice Desbiens est tout ça à la fois mais il est surtout un des plus grands poètes de l’Amérique française. À entendre. À lire.

* Préface de Robert Dickson, Sudbury (poèmes 1979-1985), Éditions Prise de parole, 2013

• • •
Direction artistique et littéraire Michel Faubert
Direction musicale Normand Guilbeault

Poètes et interprètes Patrice Desbiens, Daniel Aubin, Martine Audet, Gilles Bélanger, Rose Després, Michel Faubert, Jean-Sébastien Larouche, Sonia Lamontagne ainsi que Chloé Sainte-Marie accompagnée de Réjean Bouchard (guitare)

Musiciens Normand Guilbeault (contrebasse), Claude Lavergne (batterie), Marianne Trudel (piano)

PRODUCTION FIL 2016 présentée en collaboration avec les Éditions Prise de parole et le soutien du Regroupement des éditeurs canadiens-français (RECF)

Ce projet est rendu possible grâce à l’aide reçue du Conseil des arts du Canada et de la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018 : éducation, immigration, communautés

libraires