JACK KEROUAC : LA VIE EST D’HOMMAGE

Jeudi 29 septembre 2016 – 20 h

LogoTO_VdeMTLgs
30 $ / 27 $ (aînés) / 25 $ (étudiants) – taxes et frais inclus

Achat en personne et par téléphone au Théâtre Outremont et à La Vitrine
Achat en ligne sur billetterie.theatreoutremont.ca et lavitrine.com

Achat de billets

Jack Kerouac est né en 1922. Il aurait donc aujourd’hui près de 95 ans. Difficile à imaginer tant il nous est encore proche aujourd’hui. Lui qui se méfiait tant de la célébrité, il est pourtant devenu pour de nombreuses générations un véritable mythe. On sait qu’il est né à Lowell, dans le Massachusetts, de parents canadiens-français immigrés aux États-Unis, comme tant d’autres à l’époque. Son œuvre la plus connue Sur la route (On The Road, 1957), qu’on l’ait lue ou non d’ailleurs peu importe, est considérée comme l’un des romans fondateurs de ce qu’il nomma lui-même la Beat Generation, mouvement littéraire et culturel américain autour duquel se sont regroupés, notamment, Allen Ginsberg et William S. Burroughs. Certains savent qu’il fréquenta beaucoup à une époque les caves d’Harlem où il se découvre une véritable passion pour le jazz en écoutant les Charlie Parker, Dizzie Gillepsie et, en particulier, son idole Count Basie. D’autres savent peut-être qu’il aimait lire Marcel Proust et Louis-Ferdinand Céline.

Depuis quelques années déjà, on sait également que Kerouac écrivait aussi en français mais on ne pouvait pas se douter de l’importance de ces textes écrits dans sa langue maternelle avant la parution de La vie est d’hommage aux Éditions du Boréal qui nous a révélé un autre visage de celui que nous croyions tous si bien connaître. Comme le disait Jean-Christophe Cloutier, responsable de cette publication, à Chantal Guy de La Presse : « On a toujours lu Kerouac en traduction sans s’en rendre compte ! Ce n’est pas la seule raison, mais on voit pourquoi il avait une grande liberté à manier la prose américaine d’une façon tellement nouvelle. C’est parce qu’il arrivait à l’anglais comme une deuxième langue ».

Au cours de cette soirée, l’écrivain et acteur Robert Lalonde prêtera sa voix à du Kerouac en français, autant de textes qui semblent avoir été écrits pour être lus à haute voix, et ce, plus jazzés que jamais. Et, bien évidemment, cette lecture sera ponctuée d’airs de be-bop joués par le très doué pianiste John Roney.

Texte  Jack Kerouac
Lecteur  Robert Lalonde
Pianiste  John Roney
Conseiller littéraire Jean Bernier

PRODUCTION FIL 2016, présentée avec l’accord des Éditions du Boréal
En codiffusion avec le Théâtre Outremont

vie_dommage_couv
Robert-Lalonde-Tous-droits-reserves
Robert Lalonde © Tous droits réservés
libraires