DES FLEURS POUR RODOREDA

Le nom de Mercè Rodoreda résonne comme l’un des plus célèbres de la littérature catalane d’après-guerre. Romancière et nouvelliste, son œuvre a été traduite en vingt-sept langues. Née en 1908 à Barcelone, elle dut s’exiler en France puis en Suisse lors de la guerre civile espagnole. Ce n’est qu’à la fin de la dictature franquiste en 1972 qu’elle pourra retourner en Catalogne et c’est à Gérone qu’elle décédera en 1983. C’est lors de ses années d’exil qu’elle écrit La place du diamant, son roman le plus célèbre qui lui assure une renommée internationale. Lors de ce spectacle, conçu par une jeune compagnie théâtrale québécoise, on entendra des extraits de trois de ses livres traduits en français soit Rue des Camélias, Voyages et fleurs ainsi que La mort et le printemps. Un hommage à une romancière et nouvelliste d’exception qui affirmait « avoir vécu comme il faut vivre c’est-à-dire dangereusement ». Une œuvre majeure à découvrir de toute urgence écrite par une contemporaine de Gabrielle Roy (1909-1983).